INSTITUTION DE CONTRAT DE PRESTATION ET DE CONSULTANCE DES CHERCHEURS DE L’INRAB AU PROFIT DES ORGANISMES EXTERIEURS /

présenté par le Directeur de l'Administration et des Ressources Humaines (DARH) de l'INRAB

 

CONTEXTE

 

  • L’insuffisance de ressources financières pour financer les activités de recherche au sein de l’Institut
  • Le temps et le volume de travail consacrés  par les chercheurs de l’INRAB aux sollicitations pour des interventions au profit d’organismes tiers n’est pas négligeable

 

OBJECTIFS

 

  • Contribuer à la mobilisation des ressources financières pour le financement des activités de l’INRAB
  • Valoriser le label « INRAB » auprès des organismes tiers
  • Valoriser le personnel de la recherche agricole
  • Assurer un meilleur suivi du mouvement du personnel de la recherche au sein de l’INRAB
  • Formaliser et capitaliser les interventions des chercheurs auprès des organismes tiers

 

MODALITES DE MISE EN ŒUVRE

 

  • La démarche vise à sensibiliser les chercheurs de l’INRAB pour une utilisation judicieuse et efficiente du temps de travail et des ressources de l’INRAB.
  • La méthode va consister à amener les chercheurs sollicités pour tous travaux de consultation individuelle, à avoir la couverture ou l’aval de l’INRAB sur la base d’un contrat de prestation de service entre l’Institut et l’organisme demanderesse.
  • Ce contrat de prestation de service définit les conditions d’exécution de la prestation ainsi que les obligations des parties prenantes. La spécificité dans ce type de contrat est qu’il prévoit que le ou les chercheurs sollicités disposeront de 60% du budget d’exécution de la prestation pour leurs perdiem et autres frais relatifs à l’exécution du contrat. 
  • Les 40% restant appelés frais d’administration revient à l’INRAB et seront utilisés pour financer le fonctionnement ainsi que les activités de recherche à l’INRAB. Ils pourront être redistribués à tous les centres et à la direction générale selon un quota qui sera défini de commun accord.
  • La réussite d’une telle stratégie nécessite l’adhésion du personnel chercheur de l’INRAB. Si cette adhésion n’est pas requise, la stratégie est mort-née car c’est de par leur effort personnel que ces contrats sont négociés.
  • Pour ce faire, ces derniers devront être conscientisés sur le bien-fondé de cette pratique qui permet d’assurer la pérennité de l’Institut et sa stabilité financière.
  • Afin d’asseoir une base légale consensuelle à la stratégie, le projet d’accord d’établissement de l’INRAB l’a prise en compte dans ses dispositions ;

 

EXPERIENCES SIMILAIRES AU BENIN

 

  • Nous allons nous intéresser spécialement au cas de l’Institut National de la Statistique et des Analyses Economiques (INSAE).
  • Cet institut qui présente les mêmes caractéristiques institutionnelles et financières que l’INRAB a axé sa stratégie sur la valorisation du personnel statisticiens et économistes qu’il utilise.  La stratégie est celle décrite plus haut et elle a nécessité l’adhésion de tout le personnel de l’Institut. Depuis la mise en place de cette pratique et en raison du nombre élevé des sollicitations des cadres de l’INSAE, ces types de contrats de prestation sont régulièrement passés et ont permis à cet institut de quadrupler ses ressources propres.
  • L’internalisation de cette stratégie a permis non seulement, à l’INSAE d’accroitre ses ressources propres qui viennent en appui à la subvention que lui accorde l’Etat, mais aussi, d’asseoir son label et sa légitimité vis-à-vis des tiers.
  • Le Directeur Général de l’INSAE est également membre du Conseil d’Administration de l’INRAB, ceci constitue une opportunité non négligeable pour l’appropriation de cette stratégie par notre institut.
  • La balle est désormais dans le camp des chercheurs de l’INRAB qui devront faire l’effort de s’approprier cette stratégie dès l’adoption de l’accord d’établissement de l’INRAB. Des modèles de contrat de prestation de service existent à cet effet au niveau de la Direction Générale.

 

L’INRAB est à la croisée de son chemin et de nombreux défis restent à relever pour son rayonnement et sa visibilité.  La formation des ressources humaines, le recrutement et la nécessité de faire des centres de recherches agricoles, des pôles d’excellence en vue de leur développement, impliquent la mise en place d’un certain nombre de mesures pour accroitre les ressources financières.

L’institution de contrat de prestation et de consultance des chercheurs de l’INRAB au profit des organismes extérieurs  est un des moyens qui peut concourir  à l’accroissement des ressources de l’institut pour peu que les chercheurs y adhèrent effectivement.