BIENVENUE SUR LE PORTAIL eRAILS DE LA MAURITANIE

 

 

 
REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE                     HONNEUR-FRATERNITE-JUSTICE
MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL
DE L'ENVIRONNEMENT
CENTRE NATIONAL D'ELEVAGE ET DE
RECHERCHES VETERINAIRES
           (C.N.E.R.V)
 
BP.: 167 Tel :5252765
Fax : 5252803
Courriel: cnerv@opt.mr
 
 
 
I - Presentation
Le Centre National d’Elevage et de Recherches Vétérinaires (C.N.E.R.V) créé par le décret n°73-090/PR/MDRE/DEL du 4 Avril 1973 est un établissement Public à caractère administratif dont le siège est fixé à Nouakchott.
 
Missions du CNERV
Diagnostics:
- diagnostic des maladies infectieuses et des affections parasitaires prioritaires
- dépistage et études épidémiologiques
- contrôle de salubrité des denrées alimentaires d’origine animale (DAOA)
Recherches:
-rechercher éventuellement de produire les moyens de lutter contre les principales affections
- rechercher méthodes d’amélioration zootechniques du cheptel
 
II – Acquis du CNERV
 
Le CNERV a obtenu des résultats et acquis importants, notamment dans le domaine de la recherche vétérinaire. En témoignent les publications (plus d`une quarantaine) faites dans des revues internationales souvent prestigieuses.
 On constate néanmoins une faible valorisation (vulgarisation) de ces résultats au près des utilisateurs (producteurs et agents techniques sur le terrain).
Dans le domaine de la recherche zootechnique, les résultats sont plus timides et les acquis nuancés.
On constate également que les résultats sont plutôt thématiques visant a lever une contrainte isolée. L`approche systémique n`est pas abordée dans le domaine la recherche.
Par ailleurs dans le domaine des sciences sociales (économie et sociologie rurales) on note une absence totale d'acquis.
 
 
 
III - Bilan des activités 2005 du CNERV
 
3.1 РActivit̩s
Les cinq domaines d’activités couvertes sont:
-         le diagnostic vétérinaire à la demande des services vétérinaires de terrain à travers le réseau d’épidémiosurveillance (REMEMA) et des opérateurs privés
-         le programme de suivi des maladies prioritaires enzootiques dans le but d’élaborer une stratégie de lutte adaptée (Enquêtes vétérinaires : PB, FVR)
-         les études sur l’amélioration des productions animales (alimentation, génétique,…)
-         la recherche et le suivi dans le domaine de l’hygiène et le contrôle de qualité des denrées alimentaires d'origine animales (DAOA).
-         Les actions de renforcement de capités de la structure (fonctionnement, formation, équipements,..)
 
31.1Diagnostic
Au cours de l’année 2005 environ 26 suspicions de maladies ont été faites sur le terrain et transmises au laboratoire.
Après analyse des prélèvements, la situation se présente comme suit :
-         70 % des suspicions (12/17) de rage sont confirmées. Les chiens, les bovins, les caprins, les asins et les chats sont concernés par ces suspicions.
-         80%des suspicions (4/5) de Peste de petits ruminants (PPR) sont confirmées. Le wilaya du Trarza renferme la majorité des cas (3/5).
-         30% des suspicions (1/3) PPCB sont confirmées.
-         La seule suspicion de FVR (1) a été infirmée; cela a est conforme au suivi spécifique (Troupeaux sentinelles) organisé chaque année par le REMEMA.
-         Une étude (visites) au marché de bétail et à l’abattoir de Nouakchott et les suspicions en provenance des wilayas de l’intérieur ont révélé que le parasitisme gastro-intestinal continu à être un problème majeur de l’élevage dans le pays. La fasciolose chez les bovins et l’haemonchose chez le dromadaire et les ovins constituent des contraintes majeures chez ces espèces.
 
Face à la recrudescence de la rage et de la PPR, des mesures adaptées doivent être prises pour lutter contre ces maladies. Une stratégie nationale de contrôle de la rage est toujours attendue.
 
Par rapport au diagnostic vétérinaire, on peut dire que le Centre l’assure actuellement de façon acceptable à la satisfaction des demandeurs.
 
 
 
31.2 Enquêtes et études vétérinaires :
Deux enquêtes vétérinaires étaient au programme 2005 :
-         La Peste bovine : Dans le cadre de la mise en œuvre de la procédure OIE de pays indemne de peste la 2e et dernière enquête sérologique a été réalisée (Protocole d’enquête, formulaires, formations des agents d’enquête,..) sur toutes la zone d’élevage des bovins du pays. Environ 3713 sérums ont été collectés et analysés au laboratoire du CNERV. La présence de la maladie n’a pas été décelée ce qui autorise notre pays à postuler au statut définitif de pays indemne.
-         La FVR : depuis 1999 les services vétérinaires organisent annuellement une surveillance spécifique de cette maladie sous forme de troupeaux sentinelles. La surveillance 2005 a porté sur 11 troupeaux de petits ruminants et a permis la collecte de plus 525 sérums n’a pas la présence de la maladie. Donc l’hivernage 2005 n’a pas enregistré l’apparition de la Fièvre de la Vallée du Rift.
 
Les autres études sur les maladies animales conduites au CNERV sont à l’arrêt par manque de financement (Trypanosomiase, Trématodose, haemonchose, maladie des poils long de la vache,…)
 
31.3  Etudes sur l’amélioration des productions animales
Tenant comptes des ressources financières très limitées du CNERV et en l’absence d’appui extérieur, les actions entreprises sont très négligeables.
C’est ainsi que, dans le cadre de l’exécution des activités des Programmes à Impact Rapide (PIR) pilotés par l’ICARDA, le service zootechnie a participé à deux missions dans la wilaya du Brakna
Une mission a été également effectuée dans le cadre de la mise en oeuvre de l’étude Land user/Land cover dans les wilayas du Gorgol et de du Guidimakha. Elle avait pour objectif principal d’une part de dresser un bilan de l’occupation des terres et de l’utilisation des sols, d’autre part vérifier la conformité de la nomenclature utilisée pour définir les différentes unités représentées sur la carte (savane arborée, savane arbustive, steppe arbustive, forêt galerie, sol nu, zone de culture).
 
31.4 Hygiène et contrôle de qualité des denrées alimentaires d’origine animale (DAOA)
Une mission de consultants a séjourné au CNERV dans le cadre du projet Union Européenne (UE) de renforcement des capacités nationales dans le domaine de l’hygiène et du contrôle de salubrité des aliments.
 
Pour le moment les moyens limités du CNERV ne permettent pas d’entreprendre des actions importantes dans ce domaine.
 
31.5 Fonctionnement de l’Institution
Dans le domaine du renforcement de capacités de l’institution on note pour l’année 2005 :
-         Acquisition équipements :
o       une (01) unité informatique dans le cadre d’échange de données avec l’observatoire de l’environnement de l’OMVS
o       matériel de laboratoire (lecteur Elisa, matériel de prélèvement, microplaques, etc.….) constitué par un appui de l’OADA
o       des réactifs (FA, Brucellose, FVR, PPCB,…) octroyés par le PACE (UE) et l’OADA
 
-         Formations et séminaires aux profits des cadres du CNERV :
o       Epidémiologie et diagnostic de la brucellose, de la fièvre de la
Vallée du Rift (FVR) à Oman (Mascatt) ; Surveillance de la Fièvre de la Vallée du Rift à Dakar (Sénégal) ; Management de la production animale, Wuhan, RP de Chine, surveillance de la Grippe aviaire en Jordanie.
o       formation en productions animales pour une durée de deux mois pour 2 cadres en Italie.
o       les responsables du CNERV ont participé à plusieurs réunions statutaires ou non des organisations sous-régionales et continentales du domaine
 
 
 
 
 
31.6 Collaboration – Partenariat
- PDRC
- Projet avicole avec l’ISRA (Sénégal)
- PADEL
- Prestations de services (unités industrielles penches, lait,…)
 
IV – Principales Contraintes du CNERV
La principale contrainte du CNERV reste l’impossibilité pour l’institution de conduire des programmes de recherches conséquents par manque de moyens financiers et secondairement de ressources humaines.
4.1. Les moyens financiers:
Les moyens mobilisés jusque là dans le cadre du budget ne sont pas et ne peuvent pas être destinés à la recherche vu leur faiblesse. En effet l’essentiel des moyens sert à couvrir les frais du personnel et énergétiques. La prise en compte de la recherche nécessite la mobilisation d’avantage de moyens financiers (voir Projet de Plan de relance de la Recherche Vétérinaire et Zootechnique).
Une seconde voie de mobilisation de ressources financières est représentée par la valeur intrinsèque de chercheurs qui soumettent des projets dans le cadre de fonds compétitifs ou autre. Cela reste une denrée rare au CNERV.
 
4.2  Les moyens humains :
Le CNERV ne dispose pas de la masse critique de chercheurs nécessaires pour conduire des programmes de recherches importants pour le développement de notre élevage. Le nombre de chercheurs de haut niveau est également très limité.
Malheureusement le Centre ne dispose pas de moyens ni pour recruter les chercheurs qu’il faut, ni de former ceux qui sont déjà au Centre.
Même les stages ci-dessus effectués par les cadres sont majoritairement offerts sans que souvent cela ne soit une demande émanant de l’institution.
L`absence de statut et de motivation pour les chercheurs rendent peu attrayant la recherche.
 
4.3 Les infrastructures
L`état plus ou moins vétuste des infrastructures de recherches, des installations et des équipements n’est pas propice à l’éclosion des capacités de recherche.
NB : un effort particulier est fait dans le budget 2006 pour l’amélioration des équipements du centre.
 
Pour parer aux difficultés majeures de la recherche vétérinaire, et de la recherche en général, une stratégie nationale de mobilisation de moyens de façon durable doit être mis en place sans tarder.