Bienvenue sur le Portail de l'Agriculture Togolaise

 

 Opération de récolte de riz par un riziculteur de la vallée de Zio-Togo (Photo K. KOUDJEGA)

 

 

Quelques Liens Utiles pour l´information sur l´agriculture

 

1. Le site officielle du Ministère de l´AGriculture, de l´Elelevage et de la Pêche (MAEP)

2. Base de données socio-economiques, Outils priviligé pour le suivi des OMD, du DSRP (SCAPE), le l’UNDAF, et du CPAP

3. Le secretatiat techhnique de la stratégie de réduction de la pauvreté

4. Le site de l´Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA)

5. LA direction generale de la statistique et de la comptabilité nationale

6. Toute la statistique sur l'Agriculture du Togo 

7. Un centre international pour la fertilité du sol et le Dévéloppement agricole (IFDC-Togo)

8. Le site de la Télévision Togolaise (TVT sur le portail     Erails) http://www.erails.net  /TG/deuxnids/desk-agriculture-tvt/

9. Le site de Radio Lomé sur le portail erails (Action Rural)

10. La Direction des Statistiques et de la documentation Agricole

11. La Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de producteurs agricoles (CTOP)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

TOGO, BREVE PRESENTATION

Personne contact

Kossi KOUDJEGA
ITRA, Lomé Togo 
Tel 28 90 03 11 97 
email: koudjeg@yahoo.fr 

 

Brève présentation du Togo
Le Togo : Petit pays, Situé en Afrique de L’Ouest est indépendant le 27 Avril 1960 sous la domination française. Il est limité au Nord par le Burkina-Faso, au Sud par l’Océan atlantique, à l’Est par la République du Bénin et à l’Ouest par la République du Ghana.
Avec une Superficie de 56600 km2 le Togo s’étant sur 600 km du Nord au Sud et 120 km d’Est en Ouest. Sa capitale est Lomé. La population togolaise est d’environ 5.000.000 d’habitant avec plus de 45 ethnies repartie en deux groupes à Savoir :


- aire culturelle
- aire-Oti-Volta.

 Le Togo fait parti des pays les plus pauvres au monde avec moins de un dollar (1$) par jour et par personne. Plus de 60 % de la population togolaise vive essentiellement de l’agriculture, 15 % dans la fonction publique et le reste du secteur informel.

 

 

 

 

 

 

Lutte traditionnelle lors des fêtes traditionnelles  EVALA enpays Kabyè au nord du Togo

 
 

 

 

Togo climat  
Situé dans la zone intertropicale le Togo jouit d’un climat tropical humide au sud (Lomé à Blitta) et d’un climat Soudanais au Nord (Blitta à Dapaong) avec deux saisons non alternées.
Togo végétation et Faune
Le Togo connaît deux types de végétation à savoir : la savane et les forêts (les forêts de montagne et les forêts de galerie). Sa faune est surtout abondante au Nord du Togo.
Le climat, la végétation et la faune offre au Togo une opportunité pour le tourisme.


Togo Agriculture
Moteur principal de l'économie nationale par rapport à sa contribution au Produit Intérieur Brut évaluée à 42% en 2007, l'agriculture togolaise fournit plus de 20% des recettes d'exportation et emploie 75% de la population active. Les principaux produits de rente, notamment le coton, le cacao, le café contribuent à hauteur de 9% en moyenne au PIB agricole alors que les produits vivriers restent le principal sous secteur de l'économie agricole nationale et représentent 69% du PIB agricole brut du pays. Tournés vers l'autoconsommation, les produits varient sensiblement des régions méridionales aux régions septentrionales : l'igname dans les préfectures de Tchaoudjo et des plateaux ; le mil dans la Kozah et le Doufelgou ; le riz dans le Zio et l'Avé, le maïs sur toute l'étendue du territoire national. Avec des terres riches cultivables dont près de 3,4 millions d'hectares correspondent à 60% de l'ensemble des parcelles, 25% des exploitations bénéficient d'un appui conseil alors que 89 % sont labourées avec le petit matériel aratoire et 10% avec la culture attelée. A peine 16% reçoivent de l'engrais tandis que moins de 3% des superficies vivrières sont ensemencées avec des graines sélectionnées. Plus de 75% des agriculteurs pratiquent l'élevage.
La plupart des paysans togolais s'adonnent aux cultures vivrières : les céréales, les tubercules, les légumineuses et les fruits.


1. Quatre produits vivriers
• Les céréales : elles constituent l'alimentation de base et se cultivent dans toutes les régions du pays. Il s'agit notamment du maïs, du mil, du sorgho, du blé
• Les tubercules : l'igname et le manioc sont les principales cultures. Les paysans du Nord et ceux de la région des plateaux cultivent essentiellement l'igname alors que le manioc est plus cultivé dans le Sud du pays. La patate douce et la pomme de terre sont produites en petite quantité
• Les légumineuses : il s'agit principalement du soja, du voandzou, du haricot et de l'arachide
• Les fruits : les régions des plateaux et maritimes sont les zones de culture des fruits (banane, orange, ananas, papaye, avocat)


2. Quatre produits de rente

Le café, le cacao, le coton et les oléagineux représentent 40 à 45 % des recettes d'exportation du pays.
Le coton : il alimente l'industrie locale et sert aussi de produit d'exportation, sa culture sur 200 000 hectares couvre tout le territoire national. Il totalise 20% des recettes d'exportation et fait vivre 70% des ménages ruraux en 2007. Une stratégie de restructuration de la filière et de privatisation de la Société Togolaise de Coton (SOTOCO) prévue pour fin 2008 a pour objectif d'accroitre la production en chute depuis 2004. En effet, entre la campagne 2004/2005 et celle de 2006/2007, la production cotonnière est passée de 173 000 tonnes à 42 000 tonnes. L'Etat a octroyé 23 milliards de FCFA en 2007 aux cotonculteurs pour l'apurement de leurs arriérés de paiement.
Les oléagineux : il s'agit du palmier à huile, de l'arachide, du karité. Avec 40% des exportations, le palmier à huile occupe une place de choix dans les produits de rente.
Le café et le cacao : ces deux produits constituent les principales cultures d'exportation au Togo après le coton. 40.000 producteurs s'adonnent à ces cultures. Leur part dans la formation du PIB se situe respectivement à 1,5 et 2% pour une valeur de 12 à 15 milliards de F CFA. Aujourd'hui, la désorganisation du secteur accompagnée d'une baisse des rendements sont à l'origine de la recrudescence des feux de brousse et des insectes nuisibles. Pour relancer les filières de café et cacao, des axes clés d'intervention sont à ce jour à l'étude :
• amélioration des aspects institutionnels et structurels
• choix de solutions aux problèmes liés à la production, à la commercialisation, à la recherche, aux infrastructures et aux équipements.


3. L'élevage
Plus répandu dans la partie septentrionale du pays (Cinkassé, Dapaong, Mango, Niamtougou, Kara) où les conditions naturelles sont plus favorables, l'élevage au Togo est traditionnel. Le cheptel est ainsi composé de 300 000 bovins, 1.750.000 caprins, 1.500.000 ovins, 300.000 porcins et de 10.000.000 de volailles


4. La pêche
Le secteur de la pêche dispose des plans d'eau où la pêche est pratiquée toute l'année. Il s'agit:
• des plans d'eau maritimes dans le zio, les lacs et le golfe avec un plateau continental couvrant une superficie de 1500 km²;
• des plans d'eau lagunaires de Lomé, d'une superficie de 64 km² qui communiquent avec ceux du Bénin;
• des plans d'eau fluviaux dans les plateaux, à Anié et à Mango, constituant un réseau fluvial d'une longueur de 1300 km. Sur ce réseau hydrographique se trouvent plusieurs barrages, retenues d'eau et zones d'inondation dont le barrage hydroélectrique de Nangbeto d'une superficie de 180 km², le barrage de Karsome de plus de 3 km² et la zone d'inondation du fleuve Oti de plus de 600 km².
Les ressources halieutiques des différents plans d'eau limitées, avec une production moyenne annuelle de 22 000 tonnes, constituent une source d'emploi non négligeable de 10 000 pêcheurs dont 60% à plein temps et 12 000 commerçants et transformateurs des produits de pêche et font vivre directement environ 150 000 personnes. Elles permettent au secteur de la pêche de contribuer à 4% du PIB du secteur primaire. La valeur de la production de la pêche artisanale est estimée à plus de 5 milliards de F CFA et la valeur ajoutée par la transformation et la commercialisation des produits de la pêche à plus de 10 milliards de F CFA par an. C'est pour cette raison que la pisciculture doit être développée ces prochaines années.

Pour atteindre les objectifs fixés par les autorités et asseoir une meilleure politique agricole, des restructurations sont faites au niveau de certaines organisations telles :
• l'Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA).
• l'Institut de Conseil et d'Appui Technique (ICAT)
• l'Agence Nationale de la Sécurité Alimentaire du Togo (ANSAT)