ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET:

Gestion intégrée de la fertilité des sols au Bénin, au Togo et au Burkina Faso

Relais de la Caisse, Lomé –    6 – 7 Décembre 2013

                          Mme Chantal GOTO, Directrice des Laboratoires/ITRA

 

Discours d´Ouverture

 

Monsieur le Secrétaire Général du MAEP,

Messieurs les Directeurs,

Distingués Hôtes du Bénin et du Burkina Faso,

Mesdames et Messieurs les Chercheurs,

Mesdames et Messieurs les Représentants d’Organismes Partenaires,

Honorables Invités,

Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir de vous souhaiter la cordiale bienvenue  et vous exprimer mes sentiments de gratitude pour avoir répondu  présent à notre invitation à cet atelier de lancement du projet « Gestion intégrée de la fertilité des sols au Bénin, au Togo et au Burkina Faso » . Pour faciliter la phase opérationnelle du projet, il est impératif que tous les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre s’imprègnent de son contenu et de sa stratégie d’intervention.

Distinguées Personnes Ressources,

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs,

Il me plaît de rappeler que le présent atelier est l’heureux aboutissement d’un processus laborieux, consécutif  à l’identification des domaines prioritaires de recherche et de développement relatifs à la gestion des ressources naturelles au Bénin, au Togo et au Burkina Faso.

Suite à une étude de référence validée par les acteurs de la région, le CORAF/WECARD, en collaboration avec la Banque Mondiale a lancé un appel à proposition de notes conceptuelles et par la suite des propositions liées au thème : « Gestion durable des terres et des eaux et le Changement Climatique » et le sous thème : « Gestion durable des terres et des eaux et l’adaptation au Changement Climatique ».

Ce processus d’évaluation a abouti à l’approbation de quatre (04) projets par le Conseil d’Administration du CORAF/WECARD au cours de sa session tenue en Décembre 2012 à Dakar au Sénégal. Parmi ces quatre projets, il y a le projet « Gestion intégrée de la fertilité des sols au Bénin, au Togo et au Burkina Faso» dont nous procédons au lancement ce jour.

Mesdames et Messieurs,

Dans le contexte actuel de nos pays caractérisé par le changement climatique,  ce projet nous permettra de développer et de promouvoir des techniques de gestion efficiente  de la fertilité de nos sols. Il nous permettra également  d’améliorer la conservation de l’humidité de nos sols grâce aux innovations existantes, à travers un système amélioré de production adapté aux conditions de chaque zone agro-écologique en vue d’accroître la production des principales cultures vivrières. L’adoption et l’application effective des innovations mises au point permettront de régénérer les terres agricoles et de les maintenir en bon état de production.

Mieux, en dépit de l’intensification de la production agricole, les sols cultivés demeureront riches en biotes et en matières organiques qui constituent une base essentielle pour l’accroissement de la productivité agricole. Ceci sera possible grâce à l’amélioration de la capacité des producteurs à gérer efficacement leurs terres.

En ciblant les groupes de producteurs de cultures vivrières vulnérables, ce projet représente une véritable bouffée d’oxygène pour nos braves paysans producteurs. Outre les organisations de producteurs, le projet appuiera également les services publics et privés d’encadrement du monde rural, les petites et moyennes entreprises de transformation ou de commercialisation des spéculations ciblées, de même que les consommateurs de ces produits et les commerçants d’intrants agricoles et les institutions de recherche agricole de nos pays respectifs.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi à présent que je témoigne notre gratitude à nos partenaires techniques et financiers, notamment la Banque Mondiale qui a convenu de financer ce projet dont le coût global s’élève à neuf cent quatorze millions neuf cent soixante mille (914.960.000) francs CFA, par une enveloppe de six cents cinquante neuf millions cent vingt mille (659.120.000) francs CFA financés  sur le Fonds Compétitif Régional du WAAPP et deux cents cinquante cinq millions huit cents quarante mille (255.840.000) francs CFA correspondant  aux contributions des pays bénéficiaires. Je voudrais également saluer l’engagement  financier de nos pays respectifs pour la réussite de ce projet.

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais enfin formuler le vœu que nos échanges de vues à cette occasion puissent faciliter le bon démarrage et le succès de ce projet afin qu’il améliore durablement la sécurité alimentaire et le bien-être des populations vulnérables.

C’est sur cette note d’espoir que je déclare ouvert le présent atelier de lancement du projet « Gestion intégrée de la fertilité des sols au Bénin, au Togo et au Burkina Faso».

Vive la coopération sous-régionale.

Vive la recherche au profit du développement agricole.

Je vous remercie.